Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Descente aux enfers d'un enfant au Québec

La descente aux enfers d'un enfant franco-canadien (né au Québec) victime d'une détection précoce erronée au Québec en garderie par des personnes incompétentes. Tout ça pour un problème de vision!


Acte 8 : faire reconnaître le statut de victime de Grégoire

Publié par histoiredegregoire sur 12 Octobre 2012, 23:14pm

Catégories : #2. le processus de reconstruction

 

Mon objectif est toujours de faire reconnaître que Grégoire a été une victime

des bourreaux l’ayant maltraité pour asseoir leur diagnostic maison dont la raison principale est peut-être la xénophobie pour l’une, l’occasion de recevoir des financements pour la directrice du CPE...

de honteuses violations de renseignements confidentiels. Le parent doit obligatoirement signer pour la transmission de renseignements personnels. Il est de même dans le transfert des renseignements personnels vers une autre commission scolaire. Nous, on a rien signé, on a violé nos droits, un point c’est tout !

De menaces de l’école infondées...

De l’incompétence de psychologues qui ont avancé des hypothèses en fonction des bruits de couloir, sans même nous écouter alors qu’on payait.

Bref, soit on le déclarait autiste, soit nous étions obligés de quitter le Québec. On a dû faire ce second choix, mais ce n’est pas normal !

C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai déposé différentes plaintes administratives. Je voulais aussi (je veux encore) savoir ce qui a pu se produire. Les uns trouvant des excuses aux autres, ça n'a pas donné grand-chose, sauf de m'éclaircir sur une violation évidente des renseignements confidentiels. Il me restait encore une chose à éclaircir : comment les théories de la garderie ont pu arriver jusqu'à l'école (je l'ai fait par la suite comme précisé dans la page précédente). Pour le reste, j'ai obtenu les éclaircissements que je souhaitais et les magouilles et les n'importe quoi de ce système québécois pourri jusqu'à l'os.

En France, je n'ai jamais vraiment pu "faire passer le message". D'une part, certains membres de la famille ne nous ont pas crus au départ. Je ne suis actuellement plus en contact avec ces gens-là. Heureusement que ma propre famille m'a crue et a adopté l'attitude adéquate à l'égard de Grégoire.

Quant aux spécialistes français, certains ont tellement une belle image de la recherche au Québec qu'ils ont du mal à croire ce qui nous est arrivé. Malgré tout, j'ai eu un clin d'oeil et une remarque de l'un d'entre eux qui n'était pas du tout étonné de cette situation.

La situation est malheureusement la même sur certains forums : par ignorance, tout ce qui vient d'Amérique du Nord est génial.

 

L'attitude des bourreaux, c'est aussi la situation de terreur dans laquelle nous les parents nous sommes passés.

En effet, nous avons été dans un tel état de décomposition pendant des mois, nous n'avions plus confiance en l'avenir, en lui, en ses capacités. Des gens ont pu avoir des paroles déplacées à son égard. Je me souviens de mon regard de terreur quand nous avons débarqué en France. Bien évidemment que ça a eu des conséquences sur Grégoire. Comment Grégoire avait-il pu changer en quelques mois? Nos questionnements...Lui qui devait nous observer et qui ne comprenait pas pourquoi toute sa vie a basculé en si peu de temps, sa descente aux enfers à la garderie, la terreur chez nous parents...

Les conséquences psychologiques sont aussi les conséquences de ses problèmes moteurs (on le sait découlant de son problème de vision et de son problème visuel surtout non résolu à l'époque) : 

la frustration engendrée par les problèmes coordination oeil-main non pris en charge (ergo ou psychomotricien et orthoptiste) entraîne bien évidemment des problèmes de comportement; en plus, la façon de traiter ces enfants... en général, on les prend facilement pour des « imbéciles » (au Québec) parce qu’ils sont... maladroits ou encore (en France) pour des enfants qui ne font pas d’efforts et peu courageux (par contre, en France, Grégoire a toujours été pris pour un gamin très intelligent qui ne faisait pas beaucoup d’efforts). Souvent, il a la langue bien pendue et compense avec l'oral pour se valoriser... pas toujours dans le bon sens; une fois les compensations pédagogiques (ordi par exemple) ou des tolérances pour l'écriture (ne pas évaluer l'enfant pour l'écriture en elle-même, à savoir la forme, mais sur ce qu’elle contient par exemple, le fond), on peut arriver à de très bons résultats...   C'est moi, à ce jour qui fais les compensations pédagogiques. Je réussis bien, même si c'est crevant à la longue. 

Je suis persuadée que la résilience viendra de la compréhension de la part d'un professionnel de l'ensemble de son histoire : son problème de vision et les problèmes moteurs qui en découlent + le traitement infligé par les bourreaux + les conséquences psychologiques sur les parents (la séparation avec son papa...). 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents